Secteur viande et volaille…en perte de compétitivité!

Depuis quelques années maintenant, le secteur viande et volaille est en perte de compétitivité, et le scandale de la viande de cheval dans les lasagnes n’a pas arrangé les choses. François Gontier,Paris, EEM vous explique pourquoi la filière peine à être compétitive face à ses concurrents sur la base d’un article de agro media?

La limitation des promotions avancée par le gouvernement

Pour aider le secteur de la viande, le gouvernement s’en est mêlé par la voix de François Hollande à Paris qui appelle les français à consommer de la viande française. Le gouvernement a ainsi déclaré que « les promotions permanentes perturbent le marché et détruisent de la valeur, dans un moment de grande fragilité des filières viandes ». Après ce constat, il compte limiter les promotions de viande porcine à deux périodes de l’année, en septembre et au début du mois de janvier dans les grandes surfaces.

La baisse des marges dans le secteur viande

Il y a quelques semaines, des éleveurs bovins avaient bloqué une quinzaine d’abattoirs, ce qui montre à quel point les tensions sont grandes sur la filière. La raison de la manifestation est due au fait qu’il manquerait aujourd’hui 20 centimes par kilo de viande aux éleveurs de viande porcine pour faire face au déficit d’exploitation selon le président de la Fédération nationale porcine, située à Paris en ile de France.

D’après Dominique Barrau, dans la Croix, le prix moyen au kilo aurait chuté de 3,5 à 2,70 euros. Et selon l’Observatoire des prix et des marges 2014, les prix de la viande à la production ont baissé de 6 à 8 % alors que les prix au détail ont augmenté de 1 %. Il se trouve que depuis la crise de 2008 qui entraîné la baisse du pouvoir d’achat, la consommation de la viande a baissé auprès des ménages.

Une lueur d’espoir pour la production de viande

filière volaille et viande françois gontier parisSur les analyses des spécialistes de la filière, la production de la viande et les produits à base de viande ont connu une hausse au second semestre 2014 après des années de difficultés. Cette hausse, le secteur le doit aux viandes bovines qui l’ont tiré vers le haut. Afin de mieux analyser l’état de difficulté de la filière et apporter des solutions appropriées pour favoriser la compétitivité, il faut observer chacune des filières.

Quelles pistes pour relancer les filières porcine et avicole?

La baisse de la production de viande porcine depuis 2010 a entraîné des difficultés pour les abattoirs qui ont du mal à mobiliser des économies d’échelle par rapport à leurs concurrents européens. Les producteurs français de la filière porcine ne disposent pas de volumes suffisants, les marges sont faibles pour moderniser leurs exploitations, refonder les relations contractuelles et commerciales et valoriser leur production.

En revanche, la consommation de la volaille connait une hausse dans le monde et désormais l’Union européenne est à peine autosuffisante. En France, la perte de compétitivité a fait chuter de 20% en 10 ans la production en entraînant une baisse des exportations.

L’enjeu aujourd’hui est de relancer la filière, notamment le poulet standard par la reconquête du marché national et le renforcement des exportations vers les pays tiers qui enregistrent l’essentiel de la demande.

Dans la recherche de la compétitivité, le gouvernement doit aider les entreprises à investir afin qu’elles modernisent les sites industriels pour les rendre plus compétitifs. L’une des pistes de réflexions du gouvernement porte sur l’arrêt des promotions à prix cassés et la simplification des gammes de produits.

Comment relancer la compétitivité du secteur viande?

Afin de relancer la compétitivité, le gouvernement a mis en place un certain nombre d’aides pour le secteur de la viande. Le Pacte de responsabilité est l’une d’entre elles qui prévoit des allègements de charge de 27 millions d’euros pour l’élevage de bovins allaitants et de 19 millions d’euros pour l’élevage porcin.

De plus, en collaboration avec les régions 200 millions d’euros seront mobilisés par an durant 5 ans pour la modernisation des élevages au travers du Pacte de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE).

Les extraits de cet article ont été tiré du site agro-media.fr

Vous trouverez sur ce site toutes autres les mesures étatiques destinées à relancer la compétitivité de la filière viande.

François gontier, président de EEM à Paris

Publicités