Nutrition alimentaire : Les tendances pour 2016

Les nouveautés sont tournées vers les nouvelles technologies avec l’e-nutrition avec les applications mobiles, un système préventif à portée de clic. Le consommateur d’aujourd’hui aime se nourrir rapidement et bien avec un large choix pour ses repas. Le marché des boissons est également en hausse, avec une tendance au naturel et des boissons qui s’occupent de notre santé. Le thé et café sont toujours à la mode. Les jus de fruits naturels, smoothies et autre mix naturels sont aussi en vogue. Les compléments alimentaires sont aussi source d’innovation pour cette année, surtout dans la catégorie minceur. Francois Gontier , EEM Group, Paris a choisi de revenir sur trois tendances au cœur de l’intérêt général des français : Les consommateurs bio, les végétariens et les sans gluten.

Les innovations nutritionnelles sont très présentes ses dernières années, les habitudes de consommation évoluent et nos goûts changent. Le rejet de la souffrance animale, la crise alimentaire et les préoccupations environnementales sont à l’origine de ce changement de mode de vie. Les industriels doivent alors s’adapter et innover régulièrement afin de satisfaire une demande qui raffole de nouveautés. François Gontier a sélectionné des catégories de consommateurs aux consommations différentes. Des habitudes de consommations qui n’ont fait qu’augmenter ses dernières années.

En tête de liste nous retrouvons, les consommateurs de bio. Les français sont plus nombreux à consommer des produits bio et de plus en plus régulièrement. En 2014, près de 9 français sur 10 ont consommé au moins un produit bio par mois. Le bio fait désormais partie des habitudes d’un bon nombre de Français. Il existe même le salon du bio, nature et bien-être proposant une panoplie de produits bio et naturels. Vous pouvez le trouver à Paris Expo en île de France du 17 mars au 20 mars 2016. Les motivations principales pour consommer bio sont de préserver sa santé, mais également de profiter de la qualité et du goût des produits. D’autres raisons secondaires sont présentes comme préserver l’environnement, le bien être des animaux , ou des raisons éthique. Les produits bio les plus consommés sont les fruits et légumes puis les produits laitiers et enfin les œufs. Les grandes et moyennes surfaces sont les principaux distributeurs de bio, vient ensuite la distribution spécialisée bio en réseau (Naturalia, Biocop etc…)

Après le bio nous retrouvons les tendances des végétariens et végétaliens : La France compte environ entre 1,5 % et 3 % de végétariens, la plus part sont des femmes. Les végétariens ne consomment pas de viande et poissons mais tolèrent les produits d’origine animale comme les œufs, le lait, le fromage et le miel. Tant dis que les végétaliens excluent également les produits d’origine animale. Une tendance de consommation très en vogue de part le rejet de la souffrance animale, ils pensent que également l’élevage a un impact négatif sur l’écologie puisque produire des animaux d’élevage pollue et certaines forêts sont dévastées pour construire des élevages. Les français sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le végétarisme mais même si cette tendance grandit, les magasins spécifiques rencontreraient un public pas assez grand pour justifier leur création. Cependant le marché est grandissant et les acteurs présents ne sont pas très nombreux, il y a donc un fort potentiel de marché !

En tendance nutrition pour 2016, nous avons également de plus en plus de personnes intolérantes au gluten. A ne pas confondre avec la maladie cœliaque qui nécessite le suivi à vie d’un régime strict avec une privation totale de gluten. le gluten est composé de protéines avec de l’amidon qui se trouve dans des céréales, principalement dans le blé, l’avoine et l’orge. Les cœliaques ne peuvent pas consommer de pâtes, pizzas, biscuits, viennoiseries si ils sont fait avec de la farine de blé. Le marché du sans gluten est encore bien faible en France, si de plus en plus de produits voient le jour dans les rayons il n’existe que 107 entreprises actives sur ce secteur en France. Un marché en pleine croissance qui est plus actif aux USA, Allemagne et pays nordique qu’en France. Même si Paris, notre capitale essaie d’accueillir des nouvelles enseignes comme Ekibio, la France est quand même en retard par rapport à nos voisins.

Les tendances de la nutrition pour 2016 sont comme celles de 2015, elles tournent autour du manger « mieux ». Les français souhaitent de plus en plus consommer du naturel et vivre sainement. Les industriels suivent alors cette demande et les marques aux appellations bio ne font que grandir même les distributeurs crée leur propre marque.

 

Francois Gontier, EEM GROUP

 

 

 

Publicités

L’évolution du contenu de nos assiettes depuis 1960

En presque 60 ans, le contenu de nos assiettes a bien bien évolué, en passant du pain, de la viande, et des légumes en 1960 aux plats préparés, et plus de sucre et de laits aujourd’hui. Ce sont les conclusions d’une étude de l’Insee, Paris révélée le 9 octobre dernier.
Les auteurs ont constaté une profonde modification des habitudes alimentaires des Français. Ils ont remarqué une diminution de la consommation de viande qui est passé de 23,7 % du panier alimentaire en 1960 à 20,4 % aujourd’hui. Suivez avec François Gontier, président EEM Paris en île de France les évolutions de nos habitudes alimentaires.

Le budget de l’alimentaire en baisse

Dans le cadre d’une étude, l’Insee, Paris relève une baisse globale du budget consacré à l’alimentation dans les dépenses des Français. Cette baisse est due au ralentissement du pouvoir d’achat, cependant, même si tous les autres postes de dépenses de consommation ont brutalement freiné avec la crise financière, l’alimentation dans la dépense de consommation des ménages a bondi de 20,4 %.

Les tendances dans nos assiettes

Depuis 1960, la composition des menus ont connu une évolution importante, « Les ménages se détournent du poisson et des crustacés au profit des œufs, meilleur marché », selon les auteurs de l’étude. La consommation de fruits et légumes connaît une augmentation depuis 2013. En revanche, en raison du nombreux plans de santé et une taxation hausse, la consommation de l’alcool a fortement baissé.

Évolution de la composition du panier alimentaire entre 1960, 1990 et 2014

Selon l’étude réalisée par l’Insee, deux pratiques récentes ont concouru au changement de notre panier alimentaire:

  • La consommation de plats préparés qui connait une hausse de 4,4 % par an depuis 50 ans.
  • La baisse de la consommation des produits « bruts » comme la pomme de terre

Vous trouverez l’intégralité de cet article sur lemonde.fr, Paris.

François Gontier, président EEM Paris

Les produits de la mer face au défi de l’innovation!

Comme pour les rayons viande, les produits pour l’apéritif et les produits de la mer veulent redresser la barre grâce à l’innovation. Les consommateurs apprécient de plus en plus le poisson prêt à consommer, François Gontier, Paris vous explique cet engouement.

Une importation importante

La France importe environ plus de la moitié de ses besoins en poissons frais et autres produits de la mer, selon Agrimer. Cette situation commence à peser sur les industriels de ce secteur en 2015, en raison de l’augmentation des prix du poisson à l’achat. Ainsi, le prix au kilos des « coquilles Saint-Jacques » est passé de 10 euros en 2014 à 13,5 et 15 euros (Association des entreprises de produits alimentaires élaborés, Paris (Adepale), dans Les Echos).

Cette hausse concerne également le saumon dont le prix a bondi de 50 % en un an, à cause de la parité entre l’euro et le dollar. Pour faire face à ces difficultés, l’industrie agroalimentaire mise sur l’innovation afin de pouvoir séduire de nouveaux consommateurs au passage, notamment des jeunes.

La filière viande…Une inspiration pour l’industrie du poisson

agroalimentaire-innovation-françois-gontierBeaucoup de marques françaises ont décidé de s’inspirer du secteur de la viande pour la conception de nouveaux produits. Par exemple, la marque Marine Harvest a concocté des brochettes à griller avec ses neuf références de la gamme Appéti’Marine. Il existe aussi d’autres marques Meralliance qui a su innover avec la création des références pour plancha et barbecue très pratique, car le plateau en aluminium se pose directement sur la grille.

Le prêt à consommer pour les produits de la mer

Aujourd’hui, les industriels développent de plus en plus le prêt à consommer, ce qui plaît beaucoup aux consommateurs. On y retrouve dans les rayons des supermarchés, des pavés de saumon, des produits de la mer à poêler ou à réchauffer au four ou micro-ondes en quelques minutes.

L’innovation au sens large des produit de la mer

L’innovation ne s’arrête pas qu’aux produits, prend également en compte les process. Par exemple, l’entreprise Miti à Paris a élaboré une procédure afin de prolonger la durée de conservation des produits de façon naturelle appelée « bio-préservation », sans aucun incidence sur le goût et les qualités nutritionnelles.

De nouveaux packagings pour les poissons

Certaines entreprises comme Qwehli a innové son packaging avec son emballage Darfresh qui permet de surgeler le poisson, tout en préservant sa chair des brûlures, des dessèchements ainsi que les qualités organoleptiques du produit.

François Gontier, Paris, EEM