Les produits de la mer face au défi de l’innovation!

Comme pour les rayons viande, les produits pour l’apéritif et les produits de la mer veulent redresser la barre grâce à l’innovation. Les consommateurs apprécient de plus en plus le poisson prêt à consommer, François Gontier, Paris vous explique cet engouement.

Une importation importante

La France importe environ plus de la moitié de ses besoins en poissons frais et autres produits de la mer, selon Agrimer. Cette situation commence à peser sur les industriels de ce secteur en 2015, en raison de l’augmentation des prix du poisson à l’achat. Ainsi, le prix au kilos des « coquilles Saint-Jacques » est passé de 10 euros en 2014 à 13,5 et 15 euros (Association des entreprises de produits alimentaires élaborés, Paris (Adepale), dans Les Echos).

Cette hausse concerne également le saumon dont le prix a bondi de 50 % en un an, à cause de la parité entre l’euro et le dollar. Pour faire face à ces difficultés, l’industrie agroalimentaire mise sur l’innovation afin de pouvoir séduire de nouveaux consommateurs au passage, notamment des jeunes.

La filière viande…Une inspiration pour l’industrie du poisson

agroalimentaire-innovation-françois-gontierBeaucoup de marques françaises ont décidé de s’inspirer du secteur de la viande pour la conception de nouveaux produits. Par exemple, la marque Marine Harvest a concocté des brochettes à griller avec ses neuf références de la gamme Appéti’Marine. Il existe aussi d’autres marques Meralliance qui a su innover avec la création des références pour plancha et barbecue très pratique, car le plateau en aluminium se pose directement sur la grille.

Le prêt à consommer pour les produits de la mer

Aujourd’hui, les industriels développent de plus en plus le prêt à consommer, ce qui plaît beaucoup aux consommateurs. On y retrouve dans les rayons des supermarchés, des pavés de saumon, des produits de la mer à poêler ou à réchauffer au four ou micro-ondes en quelques minutes.

L’innovation au sens large des produit de la mer

L’innovation ne s’arrête pas qu’aux produits, prend également en compte les process. Par exemple, l’entreprise Miti à Paris a élaboré une procédure afin de prolonger la durée de conservation des produits de façon naturelle appelée « bio-préservation », sans aucun incidence sur le goût et les qualités nutritionnelles.

De nouveaux packagings pour les poissons

Certaines entreprises comme Qwehli a innové son packaging avec son emballage Darfresh qui permet de surgeler le poisson, tout en préservant sa chair des brûlures, des dessèchements ainsi que les qualités organoleptiques du produit.

François Gontier, Paris, EEM

Publicités