La Responsabilité Sociale des Entreprises agroalimentaires

François Gontier, Paris vous en parle :

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) au sein du secteur agroalimentaire porte sur l’application du développement durable. Dans le cadre de la RSE, les entreprises agroalimentaires intègrent dans leurs activités des préoccupations sociales, environnementales et économiques.

Où et comment la RSE s’applique?

La RSE s’applique à la fois aux multinationales cotées, aux petites et moyennes entreprises, mais elle est adoptée de façon volontaire et est spécifique à chaque entreprise du secteur.

Des clés pour comprendre la RSE

  • Définition de la RSE

En 2011, la Commission Européenne a donné la définition suivante « c’est la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société ».

Pour la norme ISO 26000 de 2010, il s’agit de la responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et de ses activités sur la société et sur l’environnement qui se traduit par un comportement transparent et éthique contribuant ainsi au développement durable, à la santé et au bien-être de la société, prend également en compte les attentes des parties prenantes, respecte les lois en vigueur et est compatible avec les normes internationales et qui est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations.

La RSE… Un enjeu important pour l’industrie agroalimentaire

L’Afnor, Coop France et l’Ania ont travaillé en collaboration durant des mois afin de mettre sur pied un guide d’utilisation permettant aux industries agroalimentaires de s’engager dans une démarche RSE qui s’inscrit dans une norme internationale (ISO 26000).

Vous trouverez l’intégralité de l’article sur agroparistech.fr

François Gontier, EEM Paris, île de France

Publicités

Vivre sans huile de palme!

Adrien Gontier (chimiste français) Paris

Adrien Gontier (chimiste français) Paris

Aujourd’hui, l’huile de palme est utilisé dans plusieurs recettes de la grande consommation. Pour trouver une alternative à cela, un jeune chimiste français du nom d’Adrien Gontier s’est lancé le défi d’élaborer des recettes sans huile de palme. François Gontier vous explique cet engouement et les solutions proposées par ce chimiste dans cet article.

L’huile de palme…Une utilisation massive

Depuis plusieurs années, l’huile de palme est utilisé massivement par certaines entreprises agroalimentaires, ce qui lui fait de la matière première la plus consommée sur la planète. La raison de cette utilisation s’explique par le fait que cette matière grasse coûte moins chère et est plus stable que les autres sur le marché.

La forte demande sur les marchés mondiaux a eu pour conséquence l’abandon de la production des autres types de plantes, ce qui engendre une diminution de la biodiversité. De plus, l’huile de palme a un impact sur la santé des consommateurs, c’est d’ailleurs tous ces effets néfastes qui ont dénoncés par les écologistes.

Des conséquences désastreuses

Chaque année des milliers d’hectares sont détruits en Malaisie et Indonésie en raison de la culture de palmiers destinée à produire l’huile de palme. Une conséquence qui conduit la population locale à quitter leur terre. Pour protester contre cette utilisation, le chimiste français Adrien Gontier adhérent à Greenpeace, élabore des aliments sans huile de palme, comme les biscottes, les pâtes à tartiner, les dentifrices etc. à base de produits naturels afin de les partager au plus grand nombre.

Dans le cadre de son engagement, il donne régulièrement des conférences sur le sujet lors des salons bio ou écologistes. Selon lui, on retrouve parfois l’huile de palme dans certains produits dérivés tels que les émulsifiants, antioxydants et émollients et même dans les produits d’entretien, d’hygiène, dans certains médicaments ou encore dans le carburant diesel par le biais des agrocarburants.

François Gontier, Paris, EEM