Le numérique pour nourrir la planète

Après avoir conquise les villes, la transformation digitale fait désormais son apparition dans les champs. François Gontier, Paris, ile de france vous fait l’état des lieux d’une révolution à venir.

Nourrir la planète au cœur de l’exposition universelle de Milan

Cette année l’exposition universelle de Milan a mis en avant le thème « nourrir la planète », la question de la production des ressources agricoles est cruciale. Il s’agit de savoir comment produire le plus pour nourrir la planète tout en respectant l’environnement?

Le monde digital s’est emparé de cette question en imaginant des capteurs d’humidité judicieusement répartis sur la surface de l’exploitation qui préviennent en temps et en heure des risques de sécheresse. Aussi, il y aura à disposition des agriculteurs une station météo pilotée à distance, une patrouille de drones dans le but d’envoyer des notifications aux exploitants en cas d’anomalie de végétation.

Une multitude d’applications sur le marché

Aujourd’hui, de plus en plus d’agriculteurs sont équipés de smartphones leur permettant de surfer sur internet. Cette utilisation massive pourrait faciliter l’émergence d’un marché pour les applications d’assistance à la gestion agricole. D’ailleurs, l’entreprise Dekalb spécialisée en semence commercialise depuis 2013 des applications mobiles pour aider à calculer le taux de semis optimal du maïs.

Ce nouveau marché se développe partout dans le monde, notamment en France avec Smag filiale du groupe InVivo spécialiste des solutions numériques pour agriculteurs. On trouve également eFarmer (Pays-Bas), iCrop Trak (Etats-Unis). Leur objectif, recourir à des algorithmes prédictifs pour prévoir les bonnes ou mauvaises récoltes.

François Gontier, Paris

Publicités